BTP : reprise de l’activité au compte-gouttes !

Depuis le 17 mars dernier, date à laquelle le confinement est devenu obligatoire pour lutter contre la propagation du coronavirus, la quasi-totalité des chantiers du BTP est à l’arrêt et près de 2 millions de salariés du secteur sont au chômage.


BTP

 

Les employeurs du BTP ne pouvant que difficilement garantir la sécurité des employés qui seraient sur les chantiers, ces derniers ne se prêtant pas, dans la grande majorité des cas, au respect des gestes barrière et de la distanciation sociale pour des raisons évidentes liées à la nature de leur activité, les chantiers sont à l’arrêt depuis le 17 mars.

Le secteur de la construction, représentant 14,2% des demandes de chômage partiel, l’impact économique est énorme.

Le gouvernement a donc validé, le 2 avril, les préconisations sanitaires proposées par les entreprises du BTP dans un guide de préconisations réalisé par l’OPPBTP l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics.

Avalisé par les trois grandes fédérations d’employeurs : Fédération française du bâtiment (FFB), Confédération des artisans et petites entreprises du bâtiment (Capeb) et Fédération nationale des travaux publics (FNTP), ce guide indique comment poursuivre les chantiers en garantissant la sécurité et la santé des salariés des entreprises de la filière du BTP qui reprendront leurs activités pendant la durée du confinement. 

https://telechargement.preventionbtp.fr/file/GUIDE-DE-PRECONISATIONS-COVID-19-OPPBTP.pdf

 

OPPBTP guide de préconisation sanitaires

Alors confinement pour les uns, reprise d’activité pour les autres, le message peut sembler contradictoire.

Pour l’heure, environ 10 % des chantiers du BTP ont pour l’instant repris, principalement des petits chantiers.

En effet, si tout ceci semble parfait sur le papier, les mesures à prendre sont parfois difficiles à mettre en place :

  • Multiplication des véhicules pour les ouvriers qui se rendent sur les chantiers.
  • Distanciation obligatoire entre chaque salarié, désinfection du chantier, prise de température…
  • Port du masque, condition sine qua non à la reprise malgré un manque criant de masques de protection.
  • Désignation d’un référent Covid par chantier.

Au total un surcoût important pour les entreprises du BTP en termes d’investissement financiers et de temps consacré aux  mesures sanitaires.

La réouverture des chantiers se heurte à des problèmes de sécurité sanitaire mais aussi d’approvisionnement en matériaux.

En conclusion, entre impératif économique et sécurité sanitaire, la reprise sera certainement longue et progressive pour le secteur du BTP.

BTP reprise

Retrouvez tous nos articles ici :
https://bei.paris/category/blog-bei/